La web série « Le Pire Éditeur au Monde » à la recherche de best-sellers ?

Le Pire Éditeur au Monde est une web-série humoristique réalisée et interprétée par Alexis Christian Breut, plus connu sous le pseudonyme de LinksTheSun et sortie sur la plateforme d’hébergement de vidéos en streaming YouTube en décembre 2022. Dans cette série, un éditeur caricatural voyage dans le temps pour rencontrer des auteurs célèbres qui doivent lui présenter leur nouveau roman.

Á chaque épisode un nouvel auteur présente son livre, toujours interprété par LinksTheSun, tandis que l’éditeur, non nommé, lui aussi interprété par LinksTheSun, ne change pas. Il n’y a pas d’autre personnage, mis à part le caméraman, interprété par LinksTheSun, qui apparaît dans certains épisodes uniquement pour crier “On ne regarde pas la caméra !”.

Le domaine de l’édition est caricaturé et critiqué. Les éditeurs ne sont pas aussi ignares que celui de la série, mais ils ne sont pas tous parfaits. L’autrice de Harry Potter, J. K. Rowling, présente dans le deuxième épisode, a eu beaucoup de difficultés à trouver un éditeur pour publier le premier tome de sa célèbre série.

Cette série permet de découvrir des œuvres même si elles sont célèbres. On peut y découvrir l’intrigue de Misery sans vivre la peur qu’il engendre. Les informations importantes ne sont pas divulgâchées. Dans le huitième épisode, l’identité du tueur du roman d’Agatha Christie, Ils étaient dix, n’est pas dévoilée.

L’éditeur fait parfois des reproches légitimes aux auteurs au niveau de certains choix d’écriture ou de certaines incohérences scénaristiques. Il reproche à George Orwell d’avoir, dans 1984, écrit plusieurs pages durant lesquelles le protagoniste lit Le Livre qui ne fait que raconter ce qu’il est en train de vivre, une mise en abyme de sa recherche de vérité face à la surveillance du gouvernement. Le rythme du livre devient alors moins fluide. Et dans Player One de Ernest Cline, il critique le manque de réalisme car le protagoniste s’évade, sans difficultés, d’une très importante entreprise d’informatique qu’il a réussi à pirater.

L’humour est parfois lourd à cause de l’abondance de blagues. La série reste dans l’ensemble très drôle. Les deux principaux ressorts comiques sont l’incompréhension de l’éditeur devant des concepts qui semblent évidents et la présence de nombreux anachronismes. Chaque épisode se termine par un compte rendu par téléphone de l’éditeur à son supérieur pour lui dire que le roman que l’auteur de l’épisode lui a proposé “ne marchera jamais”. Ce compte rendu est ironique car tous les livres présentés ont eu un succès au niveau mondial.

Illustration : Iudig J